Panier (vide) 0

BD Parade est en congés, vos commandes seront expédiées à partir du 29 avril 2024

Tintin - Le Sceptre d'Ottokar - B25 1958 TTBE - 1

Tintin - Le Sceptre d'Ottokar - B25 1958 TTBE

80,00 €

Album cartonné couleur magnifique de 1958, dos rouge, 2ème plat B25. Très bel état. Editions Casterman.

Épuisé

Album cartonné couleur magnifique de 1958, dos rouge, 2ème plat B25. Très bel état. Editions Casterman.

Le Sceptre d'Ottokar est le huitième album de la série de bandes dessinées du jeune reporter Tintin, écrits et illustrés par le scénariste et illustrateur belge Hergé. Tintin se rend en Syldavie, un pays européen inventé par Hergé, et empêche un coup d'état fasciste. Cet album marque l'arrivée de Bianca Castafiore dans la série.

L'intrigue

Tintin trouve une mallette et la rend à son propriétaire, le professeur Nestor Halambique, qui est sigillographe. Il montre à Tintin sa collection de sceaux, dont un appartenant à un roi syldave, et lui demande de l'aider à organiser un voyage en Syldavie pour des recherches. Le sceau contient la devise syldave, "Eih bennek, eih blavek", et l'image d'un pélican. Cette devise signifie en fait "Ici je suis et ici je reste" dans le dialecte populaire (flamand) de Bruxelles. Toute la langue de la Syldavie est basée sur l'argot des Marolliens, c'est-à-dire des habitants du quartier populaire de Bruxelles, écrit en caractères gothiques et agrémenté de quelques "s" et "z" pour lui donner une consonance plus "slave". L'utilisation de l'argot marollien est un élément essentiel de l'humour d'Hergé, bien qu'il soit perdu pour les lecteurs non belges (et de nombreux Belges).

Dans l'avion, Tintin commence à soupçonner un complot. Le soi-disant professeur Halambique qui l'accompagne ne fume pas et a une meilleure vue sans lunettes que celui qu’il a rencontré au début. Le pilote ouvre alors une trappe, Tintin tombe et atterrit dans une charrette à foin.

En Syldavie, le roi doit posséder le sceptre du roi Ottokar pour régner, et chaque année, il défile en le montrant, tandis que le peuple chante l'hymne national ("Réjouis-toi, Syldavie!/C'est notre roi/Le sceptre est son témoin/Le sceptre est son témoin/Les exploits que je vais chanter !"). ("Syldaviesn unite!/Praise the King's might;/The Sceptre his right !" dans certaines traductions anglaises). Le sceptre est une tige surmontée d'un pélican.

Tintin réussit à avertir le roi malgré les complots de la moitié du pays contre Muskar XII. Une fois qu'il a réussi à prévenir le roi, tous les deux se précipitent dans la salle du trésor juste à temps pour constater que le sceptre a disparu et qu'Halambique, le photographe Czarlitz et quelques gardes sont inconscients. Perplexe, Tintin se promène et remarque un canon à ressort dans un magasin de jouets. Il retourne dans la salle du trésor avec un bâton de la taille du sceptre et montre que l'appareil photo est en réalité un canon à ressort déguisé.

Tintin traverse la rivière pour chercher le sceptre dans la forêt de bouleaux. Il est trouvé par des agents bordelais, qu'il suit. Après maintes péripéties, Milou arrive avec le sceptre au moment où le roi Muskar XII est sur le point d'abdiquer. Le roi fait Tintin chevalier de l'ordre du Pélican d'or, le premier étranger à être ainsi honoré. Il découvre également qu'Halambique est une paire de vrais jumeaux ; Alfred a été substitué à Nestor avant de partir pour la Syldavie.

Comme les albums précédents Le Lotus Bleu et L'Oreille cassée, Le Sceptre d'Ottokar a une signification politique. Écrit à la fin des années 1930, le scénario reflète les événements réels qui se déroulaient en Europe à l'époque. Le souverain invisible de la Bordurie s'appelle Müsstler, de toute évidence une combinaison de Mussolini et d'Hitler, et la Syldavie représente les pays paisibles et agraires que les puissances de l’Axe menaçaient.

Fiche technique

Série (héros)
Tintin
Dessinateur
HERGÉ
Scénariste
HERGÉ
Année d'édition
1958 (B25)
État
Très très bon état
Éditeur
Casterman
N° dans la série
8

Vous aimerez aussi