Panier (vide) 0

Franquin (Bandes dessinées)

Filtres actifs

André Franquin, l'un des pères fondateurs de la tradition de la bande dessinée franco-belge

André Franquin est sans aucun doute le grand maître de ce que l'on appelle "l'école de Marcinelle", le groupe d'artistes qui a travaillé pour le magazine Spirou à son apogée dans les années 1950 et 1960. Véritable légende dans le monde de la bande dessinée, Franquin a gagné d'innombrables fans pour son travail dans ce domaine, en tant qu'artiste du loufoque Gaston Lagaffe, en tant qu'auteur de certains des meilleurs épisodes de la série Spirou et Fantasio et en tant que créateur d'un des animaux de bande dessinée les plus étranges du monde, le Marsupilami.

Début de sa carrière

Né à Etterbeek, le jeune Franquin étudie pendant un an à l'Institut Saint-Luc de Saint-Gilles. Peu de temps après avoir quitté l'école, il travaille à temps partiel dans les studios d'animation de la C.B.A., où il rencontre ses collègues MorrisPaape et Peyo. Après la fermeture de ce studio, Morris l'a présenté à Jijé, alors artiste principal du magazine Spirou. Jijé lui ouvre la voie, ainsi qu'à Morris, pour travailler pour les Éditions Dupuis, l'éditeur de la revue. À cette époque, Franquin réalise également des illustrations pour le magazine de scoutisme Plein Jeu.

La reprise de Spirou et Fantasio

Franquin, Morris et Will vont travailler dans la maison de Jijé à Waterloo, où les quatre artistes forment le "Gang of 4", avec Jijé comme tuteur et inspirateur. Franquin commence par réaliser quelques illustrations pour les magazines Dupuis Le Moustique et Bonnes Soirées, mais c'est en 1947 qu'on lui confie la rédaction et la réalisation de la bande titre de Spirou, "Spirou et Fantasio". Il prend le relais au milieu de l'épisode "Les Maisons Préfabriquées", puis crée de nouvelles histoires comme "Le Tank", Les Héritiers et "Radar Le Robot".

En 1948 et 1949, il accompagne Jijé et Morris dans un voyage à travers les Etats-Unis et le Mexique, au cours duquel il continue à envoyer ses pages "Spirou" en Europe. Franquin trouve rapidement son propre style dans ses histoires de Spirou, et façonne la série pour les décennies à venir. Il commence à écrire des histoires plus longues, à commencer par "Il y a un sorcier à Champignac" en 1950-51, et introduit une grande variété de nouveaux personnages secondaires dans la bande. Il crée la petite ville de Champignac et ses habitants, le méchant cousin de Fantasio, Zantafio, et, surtout, un animal à longue queue appelé "Marsupilami".

L'élargissement de l'univers de Spirou et les histoires très humoristiques et bien structurées ont fait de Franquin, dans l'esprit de beaucoup de gens, l'artiste ultime de "Spirou et Fantasio". Tous les artistes qui ont dessiné la série par la suite ont toujours été comparés à Franquin.

La bande dessinée de gags avec Modeste et Pompon

En 1955, après un différend avec son éditeur Dupuis, Franquin se rend chez son concurrent Lombard et signe un contrat de cinq ans pour travailler pour le magazine Tintin. C'est le début de la première aventure de Franquin dans la bande dessinée de gags, "Modeste et Pompon". Mais le désaccord avec Dupuis est vite résolu et Franquin doit travailler pour les deux magazines en même temps. Heureusement, il peut compter sur l'aide des scénaristes René Goscinny et Michel Greg pour la plupart des gags de "Modeste et Pompon". Lorsque le contrat de Franquin avec le Lombard prend fin en 1959, la bande est poursuivie par différents artistes au cours des décennies suivantes, dont Dino Attanasio, Mittéï et Walli & Bom.

La naissance du personnage Gaston Lagaffe

L'expérience d'une bande de gags a conduit à la création de son anti-héros extrêmement populaire "Gaston Lagaffe" en 1957. D'abord mis en scène dans les illustrations des rubriques rédactionnelles de Spirou, Franquin, assisté de Jidéhem, fait bientôt apparaître le personnage dans des gags de 2 rangs. Employé le plus paresseux de la rédaction fictive de Spirou, Gaston est introduit silencieusement dans l'univers de la bande titre du magazine ; Fantasio est l'adversaire attitré de Gaston et le personnage fait des apparitions ponctuelles dans les épisodes de "Spirou et Fantasio". Pour la section mini-livre de Spirou, Franquin a également créé "Petit-Noël", un de ses personnages les moins connus.

Franquin était son pire critique, il n'était jamais vraiment satisfait de son travail. Franquin aimait surtout créer les exploits de "Gaston Lagaffe", mais il se sentait de plus en plus étranger à la série "Spirou". En raison de son insatisfaction et de la charge de travail croissante au cours des dernières années de sa série Spirou, il a souvent fait appel à d'autres artistes, comme Michel Greg pour les scénarios et Jidéhem pour les décors. Franquin souffrait fréquemment de dépressions, ce qui l'a amené à interrompre longuement l'histoire de Spirou "QRN sur Bretzelburg" en 1961. Le côté le plus sombre de la personnalité de Franquin sera révélé plus tard dans la série d'humour noir "Idées Noires".

En 1968, Franquin finit par céder la série "Spirou" au jeune artiste breton Jean-Claude Fournier afin de consacrer tout son temps à "Gaston". Les gags apparaissent désormais en pleine page, et Prunelle remplace Fantasio comme adversaire de Gaston. Franquin commence également à expérimenter des blagues graphiques, comme des autographes amusants et des monstres étranges dans les arrière-plans. Ces monstres sont également publiés dans des magazines comme Schtroumpf et Circus, et figurent en vedette sur une série de cartes postales. Ses autographes ont été rassemblés dans le livre "Signé Franquin", publié par Dupuis en 1992.

Le Marsupilami dans les bandes dessinées

Franquin a dessiné le "Marsupilami" dans la première histoire de "Spirou" de Fournier, mais a ensuite conservé le personnage pour ses propres besoins. L'animal à longue queue, souvent accompagné du "Petit Noël", est apparu dans quelques pages de gags à la fin des années 1960 et au début des années 1970, puis a été mis en sommeil pendant de nombreuses années. Le personnage réapparaît finalement en 1987, dans une nouvelle série d'albums publiés par Marsu-Productions. À cette époque, Franquin garde le contrôle global de la bande, mais la partie graphique est assurée par Batem, et les histoires sont scénarisées par Greg, puis Yann. Par la suite, le personnage a également joué dans une série de dessins animés de Walt Disney.

En 1977, Franquin co-lance le supplément satirique Le Trombone Illustré avec Yvan Delporte. Il y crée de beaux en-têtes et ses premières "Idées Noires". Après l'annulation du supplément, ces gags sombres apparaissent dans Fluide Glacial. Franquin et Delporte cosignent la série "Arnest Ringard" pour Frédéric Jannin, ainsi que quelques histoires de la série magique "Isabelle" pour Will.

Les activités de Franquin ont diminué au cours des années 1980. Outre un nouveau gag "Gaston" occasionnel, il participe à la série d'animation "La Chronique des Tifous" avec Delporte, Xavier Fauche et Jean Léturgie. André Franquin, considéré comme l'un des pères fondateurs de la tradition de la bande dessinée franco-belge, est décédé à Saint-Laurent du Var en janvier 1997.